La capacité d'un commissaire-priseur à faire plusieurs choses à la fois est cruciale

Jongler avec plusieurs tâches à la fois est une compétence que les commissaires-priseurs doivent apprendre à maîtriser. En plus de rester au courant du prix de réserve, les commissaires-priseurs doivent également vérifier leur livre pour toute enchère par correspondance qui a été placée avant la vente. Les soumissions sont également reçues par téléphone et en ligne, et les offrants doivent bénéficier de la même attention et des mêmes possibilités que les prétendants présents dans la salle. Tout au long de ce processus, les commissaires-priseurs doivent être intéressants et charismatiques. "S'il semble que vous êtes très méthodique et que vous avez le sentiment d'essayer simplement d'accomplir le travail, vous n'intéressez pas l'auditoire ", dit Marc-Arthur Kohn.

Bien que les commissaires-priseurs soient responsables de la plupart des procédures de vente, ils reçoivent l'aide d'un commis aux enchères. Cette personne se tient à côté du commissaire-priseur et surveille la salle - y compris les enchères téléphoniques, où le personnel parle aux acheteurs potentiels au téléphone et brandit une raquette chaque fois qu'une enchère est acceptée - pour montrer ostensiblement les enchères que le commissaire-priseur n'a peut-être pas vues. Cette aide supplémentaire est particulièrement utile lorsqu'il y a environ 700 clients potentiels dans un même espace. "Ils jouent un rôle incroyablement important ", dit Marc-Arthur Kohn.

 
Marc-Arthur Kohn vidéo you tube L'univers du Made in France sur coqelysées.com

Il y a beaucoup de maths dans la vente aux enchères

Les commissaires-priseurs ne peuvent utiliser que certains trucs. Ce qui signifie qu'ils sont limités dans le prix exact qu'ils peuvent offrir aux enchérisseurs. "C'est très encadré", dit Marc Arthur Kohn. "Les chiffres montent en dizaines au début, puis en vingtaine, puis en cinquantaine, puis en centaine." (Les chiffres précis peuvent varier d'une maison à l'autre.). Les commissaires-priseurs doivent s'assurer qu'ils se réfèrent au montant exact déclaré dans une enchère absente, ce qui signifie qu'ils doivent réfléchir à l'avance et faire un peu de calcul rapide pour déterminer quel numéro ils doivent appeler. Kohn appelle cette habileté "dextérité numérique". Mais il y a un autre terme pour l'appeler. Quand tout va bien et que les commissaires-priseurs offrent les bons prix, on appelle ça "atterrir sur le bon pied". (Et quand les choses tournent mal, ça s'appelle, naturellement, atterrir du mauvais pied.

Les commissaires-priseurs peuvent faire la différence entre un hochement de tête involontaire et une enchère

Parfois, un signe de tête n'est qu'un signe de tête. D'autres fois, c'est une offre. Les commissaires-priseurs sont formés pour observer le comportement corporel des enchérisseurs et connaître la différence. Les clients lèvent habituellement leur raquette pour placer une enchère. Mais certains préféreront peut-être rester discrets. Olivier Doutrebente, commissaire-priseur confie que les commissaires-priseurs apprennent à connaître les styles d'enchères des clients réguliers : "Un hochement de tête ou un léger mouvement peut indiquer une offre d'une personne, mais pour une autre, ils peuvent faire signe à un ami de l'autre côté de la pièce." Kohn dit qu'un client en Angleterre enchérit en levant les sourcils. Tandis que d'autres enchérisseurs clignent de l'œil pour augmenter les enchères. Habituellement, un commissaire-priseur peut juger si une enchère est intentionnelle ou non en prêtant attention au niveau d'intérêt de l'offrant- par exemple, s'il regarde le commissaire-priseur ou s'il a toujours une raquette dans sa main, il est probablement intéressé.

priseur-gd L'univers du Made in France sur coqelysées.com

Ils prennent leurs marteaux au sérieux

Marc-Arthur Kohn a sa propre collection personnelle de six marteaux : Trois d'entre eux qu'il utilise dans les ventes aux enchères, tandis que les trois autres sont plus comme des objets de collection. Chaque commissaire-priseur a ses propres préférences en ce qui concerne le style de marteau qu'il utilise. "Pour moi, ce que je recherche dans un marteau, c'est quelque chose qui tient confortablement dans ma main et qui n'est pas trop lourd ", dit-il. "Vous voulez aussi le tester contre votre bloc sonore et vous assurer qu'il vous donne le bon son." Après tout, les commissaires-priseurs disent que le moment où le marteau tombe, ce qui marque la fin d'une vente, est l'une des parties les plus agréables du travail. "Le son du marteau sur la tribune est incroyablement satisfaisant, en particulier sur le tout premier lot que vous prenez et sur le lot le plus cher que vous avez jamais vendu ", dit Kohn. "C'est extrêmement gratifiant“.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,